www.productosdearagon.comwww.todonieve.com
Anglais Espagnol
 DÉCOUVREZ L'ARAGON
  Où aller et que voir?
        Localités
        Espaces naturels
        Patrimoine
        Loisirs et Culture
   Que faire?
   Où manger?
   Où dormir?
   Comment y arriver?
 
 CONNAÎTRE L'ARAGON
    Histoire
    Légendes
    Géographie
    Économie
    Aragonais Illustres
    Reportages
    Terre de ...
    Intérêt Touristique
 
 
 
 
Routes CAI en Aragon |   Visites Virtuelles   |   Galerie de Photos    |      Cartes   
Chercher: dans: Recherche avancée
Jaca (Huesca)

 
Jaca

Google Maps

La municipalité comprend, entre autres, les noyaux de Jaca, Abay, Asieso, Banaguás, Caniás et Guasillo.

Jaca

La ville de Jaca, par sa situation en pleine chaîne des Pyrénées et par sa vaste histoire, offre de nombreux attraits naturels et culturels aux visiteurs.

Jaca est actuellement un point touristique de premier ordre grâce à son emplacement dans les alentours des plus belles vallées pyrénéennes et à un patrimoine historique et artistique très important, non seulement dans la communauté d’Aragon mais aussi dans l’Espagne.

On peut considérer la ville de Jaca comme un exemple de la façon d’affronter les graves problèmes que le progrès et l’abandon des économies traditionnelles ont entraîné pendant la deuxième moitié du siècle dernier dans toutes les régions de montagne. Cependant, Jaca est entrée dans le XXIième siècle avec de grandes perspectives de futur, grâce surtout au tourisme qu’elle reçoit. C’est une ville pleine de charme qu’il faut connaître.

Cette ville est en pleine dépression intra-pyrénéenne, dans un environnement privilégié : les vallées qui flanquent la rivière Aragón. Ces vallées constituent un paysage splendide et le cadre idéal pour réaliser de nombreux sports de montagne, surtout ce qui sont en rapport avec la neige. La ville de Jaca bénéficie de tout cela car c’est le point d’accueil de beaucoup de ces visiteurs. Elle est donc pourvue de nombreux hôtels, de restaurants et des voies de communication en parfait état.

Mais la ville de Jaca a d’autres attraits à part la nature ; elle a un patrimoine artistique important puisqu’elle a été la première capitale du royaume naissant d’Aragon, vers le XIième siècle.

La Cathédrale est dédiée à Saint Pierre. C’est un vaste ensemble, composé d’un temple et de quelques annexes, construit au XIième siècle. On conserve la structure et la configuration romane : un plan basilical de trois nefs à cinq travées avec des absides alignées et deux portes d’accès. Des trois absides romanes, celle du côté méridional ou de l’Epître est intacte et l’abside centrale a été agrandie vers la fin du XVIIIième siècle pour éviter l’humidité et pour pouvoir transposer le chœur et l’orgue du côté occidental de la nef centrale au presbytère. Dans cette abside, on conserve les éléments architectoniques caractéristiques du roman de Jaca. À l’intérieur, les trois nefs sont séparées par des arcs en plein cintre appuyés sur des piliers cruciformes et cylindriques qui s’alternent formant une curieuse « double travée ». Les chapiteaux on une forme de base corinthienne et divers types de décoration: géométrique, végétale et figurée. Le portail occidental est au fond d’un portique profond avec une couverture en plein cintre. Le portail méridional a un tympan très transformé et deux chapiteaux qui constituent, avec ceux du cloître, les meilleurs exemples de la sculpture romane de Jaca.

Le Musée d’Art Sacrée a été crée en 1963 dans les dépendances du cloître de la cathédrale. Les fonds datent des siècles XIième au XVIième et ils proviennent de différentes localités de la diocèse de Jaca. Ce sont des ouvrages de sculpture, de peinture murale, de peinture sur bois et de petits objets d’usage liturgique avec un grand intérêt historique et artistique.

L’église du Carmen a été construite dans la première moitié du XVIIième siècle. La façade a un portail maniériste qui date de 1657. L’intérieur a un plan de croix latine avec des chapelles des deux côtés de l’autel et deux chapelles de chaque côté de la nef. En 1966 on y a installé les retables provenant de l’église paroissiale de Ruesta, qui datent de la fin du XVIIIième siècle.

Le pont de Saint Michel a un svelte arc ogival ; on l’a déclaré Monument Historique-Artistique en 1943 parce qu’il faisait partie du chemin de Saint Jacques pendant le bas Moyen Âge.

Le Monastère Royal des Bénédictines a été fondé en 1555, sur une église romane dédiée d’abord à la Vierge Marie et après à Saint Salvador. C’était l’endroit où allaient les jurys au début de son mandat.

L’église de Saint Jacques est un temple reconstruit en style roman vers 1088 sur un endroit sacré antérieur. Ce temple sous l’invocation de l’apôtre est orienté vers le couchant, ce qui constitue une circonstance étrange dans ces terres, mais il est évident qu’il est orienté vers le tombeau de Saint Jacques, en Galice. Ce bâtiment conserves des vestiges importants du temple construit vers la fin du XIième siècle: le plan basilical à trois nefs, la tour-clocher avec deux fenêtres géminées et une partie des voûtes romanes. À l’intérieur, il faut souligner la chapelle du Rosaire et les images du XVIIIième siècle distribuées dans tout le temple.

La Mairie est dans la rue Mayor depuis 1486, lors de la construction des maisons du «Concejo» (conseil municipal), un édifice qui conserve actuellement la partie historique de l’Archive Municipal de Jaca, un archive très important. En 1544 on a agrandi le vieux siège en construisant l’édifice actuel, qui a un grand portail de style plateresque, des soubassements datés et un entablement avec l’écu de la ville. Le deuxième corps est composé de cinq fenêtres architravées décorées avec les barres d’Aragon ; une galerie d’arcs typiquement aragonaise constitue la partie la plus haute de l’édifice. La façade a été bitumée pour garantir sa conservation. Les deux grandes grilles qui ferment les fenêtres du rez-de-chaussée ont été réalisées par Simón de Maisonabe, né à Jaca. Dans la cour de style Renaissance on peut voir les cloches de la Tour de l’Horloge (1595) et à l’intérieur on conserve les masses d’argent du XVIième siècle, le fameux «Libro de la Cadena del Concejo», qui date de la fin du XIIIième siècle, etc. À l’étage noble du bâtiment il y a la salle appelée «Sala de Ciento» qui rappelle le Conseil composé de cent hommes honnêtes qui collaborait avec gouvernement de la ville depuis 1212.

La Citadelle est une belle construction pentagonale avec des bastions défensif aux angles, reliés par des chemins de ronde. Les travaux ont commencé en 1595 et ils ont terminé au XVIIIième siècle. On accède à l’intérieur à travers une porte maniériste au dessus de laquelle il y a l’écu de la dynastie des Austrias. Du corps de garde on peut accéder aux différentes parties de l’ensemble de la forteresse. On peut voir la grande cour principale formée d’une double arcature qui combine des arcs en plein cintre et en anse de panier, appuyés sur des piliers dont la partie inférieure est en pierre et la supérieure en brique. La petite église dédiée à Saint Pierre date du XVIIième siècle. Elle a un portail baroque intéressant et des peintures murales de Topete. On l’a déclarée Monument Artistique en 1951.

Le Fort du «Rapitán», construit en 1884, est un bijou architectonique à caractère militaire. Actuellement, il a des fonctions culturelles et touristiques. L’édifice se trouve sur la montagne du même nom, à 1142 mètres d’altitude, d’où l’on peut avoir une vue splendide de d’environnement.

La Tour de l’Horloge est un édifice civil gothique de plan carré, populairement appelée Tour de la Prison car elle a eu cette fonction depuis 1602. On l’a construite vers 1445 comme résidence particulière au même endroit où se trouvait le palais du roi aragonais, disparu dans l’incendie de 1395. Actuellement, c’est le siège de la «Comunidad de Trabajo de los Pirineos».

L’église paroissiale de Saint Jacques et Saint Dominique ne conserve de l’époque romane que la tour. Cependant, il y a un chapiteau monumental roman très beau, provenant sûrement de la cathédrale et dont la composition fait penser à celle des sarcophages romains.

L’église de Saint Salvador du monastère des Bénédictines. La pièce romane la plus importante est le sarcophage de «Doña Sancha» taillé en pierre, un exemple d’une variante de la sculpture romane de Jaca.

Aux environs de Jaca, on peut visiter les églises de «San Esteban de Ipas», «San Juan Bautista de Osia», «Santiago de Aruej» ou «San Miguel de Abós», en ruine après son utilisation comme poudrière.

Autres ensembles d’intérêt: l’église de Saint Fructuoso et l’ermitage de Saint Jacques à Barós, l’église de Notre Dame de l’Assomption à Navasa, l’église de Sainte Marie et Saint Michel à Lerés, l’ermitage de Saint Michel à Botaya, l’ermitage de la Vierge du Rosaire à Osia, l’église de Saint Esteban à Ipás et la tour de l’église paroissiale de Binué.

Autour de Jaca, on peut visiter de nombreux villages pittoresques:

Abay

L’église de Saint André, construite entre le XIième et le XIIième siècle en style roman. Il faut souligner la belle abside. À l’intérieur, il y a des éléments sculpturaux comme le tympan de la porte, avec un beau chrisme taillé à l’intérieur, ou les restes d’une rare croix de procession romane. Il faut souligner une sculpture en bois exceptionnelle de la vierge assise. On peut aussi contempler une peinture murale romane qui représente la scène de la flagellation et des pièces d’orfèvrerie précieuses comme une belle boîte de consécration.

À Abay, on peut aussi visiter l’ermitage baroque de la Vierge du Carmen et une croix-borne où beaucoup de pèlerins du chemin de Saint Jacques se recommandaient à Dieu pour avoir un bon voyage .

Asieso

L’église de Saint André, construite au XIIième siècle, est de style roman lombard, caractérisée par une grande sobriété et simplicité. L’intérieur conserve un air médiéval ; au chevet, on peut voir une belle abside demi-circulaire et la couverture est une voûte de quart de sphère très simple, caractéristique de l’art roman. À l’extérieur: le mur de l’abside a une décoration typiquement lombarde de petits arcs bouchés et de bandes lombardes.

Banaguás

Ce village, formé de maisons typiques des Pyrénées, a une place pittoresque. Il faut souligner, par sa monumentalité et ses détails travaillés, la «Casa de la Abadía» (maison de l’abbaye), qui forme un ensemble avec l’église paroissiale de Saint Jean Baptiste; ces deux bâtiments sont unis par un arc.

L’église paroissiale de Saint Jean Baptiste a été construite au XIième siècle en style roman, ce que démontre son abside de tradition lombarde ou «lombardiste» avec un frise à grosses baguettes à la partie haute, d’après une tradition locale. Au XVIIième siècle, on a agrandi l’église et on a transformé l’intérieur d’après le goût baroque. En 1889 on a construit la tour-clocher du côté de la façade occidentale.

Caniás

L’église de Saint Pierre est de style roman. Il faut souligner l’abside et la porte en arc en plein cintre avec un tympan où il y a un chrisme décoratif comme celui de Jaca.

Une curiosité: on peut observer un ensemble hydraulique populaire qui comprend une source d’eau potable, un abreuvoir pour le bétail et un lavoir. En plus, il existe un petit four à pain dont les cendres étaient utilisées pour faire la lessive.

Guasillo

L’église paroissiale de Saint André. Il faut souligner la tour-clocher car c’est le seul élément roman de l’église, le reste étant baroque. C’est un édifice de plan rectangulaire et dans la travée romane il faut souligner une fenêtre géminée avec de faux arcs en fer à cheval. Il s’agit d’un des rares exemples de tradition mozarabe conservés dans cette région.

Village traversé par le «Gran Recorrido» (grand parcours); GR 65.3 Chemin de Saint Jacques

Fêtes: Le 21 mars, on célèbre la festivité de Saint Benoît à Orante, avec une grand feu. Le premier vendredi de mai, jour où les habitants de Jaca commémorent la victoire de leur armée, commandée par le Comte Aznar, il y a le défilé de la victoire, déclaré d’Intérêt Touristique. Le 3 mai a lieu la fête en l’honneur de la «Invención de la Santa Cruz». Vers la fin mai, Jaca et les villages de Barós, Ara, Navasa et Ulle réalisent une «romería» (pèlerinage) à la Vierge de la Grotte d’Oroel. Le jour de la Pentecôte, on célèbre le «Voto a San Indalecio» à San Juan de la Peña, jour où cinquante villages évoquent le vœu en 1187 par 238 villages des montagnes de Jaca. Le dimanche de la Très Sainte Trinité, les localité des régions de Campo de Jaca, Val Ancha, Val Estrecha, Campo de Abena et Guasillo, habillés du «ropón» (vêtement traditionnel) et avec un bâton, font une «romería» à Santa Orosia, dans le village de Yebra de Basa. Le jour de la Fête-Dieu, on réalise une procession très intéressante à Asieso. Il y a aussi d’autres «romerías» et d’autres fêtes comme Sainte Quiteria d’Abena, Saint Michel d’ Atarés, la Vierge de la Peña sur la montagne Cuculo, etc. Les années impaires, pendant la fin juillet et le début août, il y a , à Jaca, le "Festival Folklorique des Pyrénées", en alternance avec Oloron, où le festival a lieu les années paires, et ou se réunissent des groupes du monde entier.

Office du Tourisme: Téléphone : 974360098


Galerie de Photos

Visite virtuelle

Voir carte de la région
Nombre d'habitants: 11197
Altitude: 820
Direction de l'Hôtel de ville: Calle Mayor, 24.
22700 Jaca
Téléphone de l'Hôtel de ville: 974355758
Fax de l'Hôtel de ville: 974355666
E-mail de l'Hôtel de ville: secretaria@aytojaca.es
Url: http://www.aytojaca.es

Links:
    1. Information générale de Jaca
    2. Le Premiere Vendredi de Mai
    3. www.romanicoaragones.com
    4. Information sur Jaca et son environnement
 
(suggestions) (envoyez à un ami)
<< retour  

Routes CAI en Aragon · Visites Virtuelles · Galerie de Photos · Cartes 

Une initiative de Caja Inmaculada gérée par CAI Obra Social

Droits d’auteur

Carte Web
Carte Web
Jacetania (La) -Localités de Huesca-
 
   Espaces Nat.
   Patrimoine
   Que faire?
   Loisirs et Culture
   Où manger?
   Où dormir?